10/18, Actes Sud, J'ai lu, Livre de poche, Romans

Rentrée littéraire en poches

Voici quelques livres lus lors de la rentrée littéraire 2012 et qui viennent de sortir en poche.

Suivez les liens pour les deux premiers.

Quand la lumière décline d’Eugène Ruge, 10/18, roman choral sur la création de la RDA, magistral.

 

La belle amour humour, de Lionel Trouillot, babel

 

« Des vies d’oiseaux », Véronique Ovald, éditions J’ai lu pour le poche

viesd'oiseaux.gifPaloma a fuit sa famille trop conventionnelle pour une vie plus libre. Avec son amant elle squatte des maisons inhabitées des beaux quartiers durant les vacances des propriétaires. Vida Izzara, sa mère, se rend compte qu’elle a occupé la maison familiale et rencontre le lieutenant Taïbo venu enquêter sur cette affaire. Ce sera l’occasion pour Vida de retourner à Irigoy, son village d’enfance, et prendre conscience de la vie trop réglée qu’elle mène. Les quatre personnages principaux sont magnifiquement décrits dans leurs actions et leurs sentiments. De très belles histoires d’amour sur fond de liberté.

Albin Michel, Livre de poche

« La femme au miroir », E.-E. Scmitt, Albin Michel 2011, poche LGF 2013

femme.jpgTrois destins de femmes à trois époques différentes : Anne, Hannah, Anny; au temps de la Renaissance, dans la Vienne impériale et à Hollywood au XXIme Siècle.

Voici un roman captivant dans lequel vous suivrez avidement les destins de ces femmes en quête de sens dans un contexte socio-culturel qu’elles affrontent pour un destin nouveau.

Je ne suis pas une fan de l’auteur, mais ce titre m’a passionnée.

Coup de coeur à sa sortie en 2011, et en poche pour cette rentrée 2013!

Fabienne.

Actualité et animations, Grasset, Livre de poche

Triste nouvelle

Jacqueline Harpman est décédée aujourd’hui. Psychanalyste et auteure belge bien connue, elle nous laisse une très belle oeuvre dont  « La plage d’Ostende », « Orlando », « En toute impunité », « Moi qui n’ai pas connu les hommes ». Ce roman est sans doute celui qui m’a le plus marquée en tant que lectrice.

Je l’avais reçue au Collège Saint-Guibert en 2004 lors d’une très agréable après-midi durant laquelle nous avions parlé du livre « Le passage des éphémères » édité chez Grasset.

Pour une biographie plus complète je vous renvoie à l’article du Vif l’Express.

Et si vous n’avez jamais rien lu d’elle je vous invite à le faire.

 

Laurence

 

 

 

J'ai lu, Livre de poche, Points - Seuil

Des sorties en poche

« La Peur du paradis », Vincent Engel, Le livre de poche.

paradis.gifQue vous ayez lu « Retour à Montechiarro » ou non, si vous aimez la veine historique de Vincent Engel, vous aimerez ce roman. Début du siècle dernier, dans les Pouilles, Basilio et Lucia s’aiment, mais ce sont des serments d’enfants qui vont être brisés par l’Histoire. On est porté par le souffle romanesque de l’histoire jusqu’à la fin. Un tout bon roman.

 

 

 

« Le coeur régulier », Olivier Adam, Points.

adamo.gifJe vous en avais parlé lors de sa sortie en septembre de l’année passée si vous l’avez manqué à cette époque, voilà de quoi vous rattraper. 

http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2010/08/16/le-coeur-regulier-olivier-adam.html

 

 

 

« Ce que je sais de Vera Candida », Véronique Ovaldé, J’ai lu.

ovaldé.gif

Apparemment nous n’avions pas publié d’article pour ce roman lors de sa sortie en septembre 2010, pourtant Cynthia l’a lu et l’a conseillé régulièrement. Donc si vous ne l’avez pas lu en 2010, vous pouvez le faire en 2011 grâce au poche. Un tout bon roman, histoire de femmes sur trois générations dont la dernière va briser le destin.

L’auteure vient de sortir son nouveau roman aux éditions de l’Olivier, on vous en parle là : http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2011/09/30/index.html

Grasset, Livre de poche, poche

« Quand souffle le vent du nord », Daniel Glattauer

Cette comédie romantique construite sous la forme d’échange de mails entre une femme et un homme vient de sortir en poche. Elle avait plu à plusieurs lectrices qui fréquentent la librairie. Je leur signale donc que la suite vient de sortir chez Grasset sous le titre La septième vague », où l’on voit Emmi reprendre miraculeusement ses échanges épistolaires avec Léo Leike revenu de son exil à Boston

 

vent.gifvague_.jpg