Actes Sud, Club de lecture

Rentrée littéraire – Club de lecture – Pleine terre – Corinne Royer – Actes Sud

Une révélation ! Un plaisir intégral de découvrir ce livre et cet auteur. Récit très bien écrit et bien structuré. A partager absolument pour tout qui s’intéresse, de près ou même de loin, à la terre, à la ruralité, à l’élevage, mais surtout à la façon dont une certaine conception du soin à la terre et aux animaux s’entrechoque (très) violemment aux exigences de l’agriculture industrielle.


Cela se passe en France, mais pourrait se passer en Belgique. Un agriculteur d’à peine 38 ans, harcelé par des fonctionnaires zélés et insensibles, fait barrage aux procédures qui s’abattent sur sa têt en matière de suivi sanitaire et décide de « cavaler » dans la forêt, où il disparait pendant dix jours. Ceci est inspiré d’un fait divers authentique qui s’est déroulé (dramatiquement!) en France il y a trois ans. Bien qu’il s’agisse d’un ROMAN, l’intelligence de l’autrice est d’avoir rendu cela plausible via une bibliographie très élaborée et, surtout, d’avoir opté pour une construction narrative en deux temps.

Primo, les jours de cavales en solitaire de Jacques Bonhomme (le nom du personnage central, allusion aux Jacqueries), l’un après l’autre. Secundo, faire parler, entre chaque jour de cavale, ceux et celles qui connaissent cet agriculteur hors normes (par ailleurs, grand lecteur) et qui attestent non seulement de sa bonne foi, mais aussi de sa pratique d’une agriculture vraiment et profondément saine, tant sur le plan « physique » que « moral »: sa soeur, un couple d’amis, d’autres cultivateurs, et… un des fonctionnaires obnubilés par la bureaucratie, troublé par le « mal qu’il a fait, peut-être…. »


C’est un roman profondément ancré dans notre époque, magnifiquement écrit (qui m’a vraiment ému à deux reprises) et qui fait beaucoup, beaucoup écho aux grandes questions de l’avenir des équilibres sur la Terre.


Humain, profond et contemporain (malgré, peut-être, un petit rebondissement dans les dix dernières pages qui n’était peut-être pas indispensable, mais ceci est vraiment mineur….).


Je ne saurais trop le recommander !

Un avis de Philippe.

Actes Sud, Policier - thriller, Romans

« Le Nouveau », Keigo Higashino, Actes Sud

« Le nouveau », c’est Kaga, récemment muté au commissariat de Nihonbashi à Tokyo. Il est chargé d’enquêter sur le meurtre de Mitsui Mineko, une femme de quarante-cinq ans retrouvée étranglée dans son studio. Elle aussi était nouvelle dans le quartier.

Si l’intrigue est relativement classique, ce qui fait le charme et l’intérêt de ce roman, c’est d’abord son enquêteur atypique réputé pour son sens de l’observation. S’attachant à de menus détails auxquels personne ne prête attention, il avance étrangement, mais sûrement vers la résolution de l’énigme. Par ailleurs, Kaga s’intéresse autant à l’enquête qu’aux gens qu’il rencontre et fait preuve envers ses interlocuteurs d’une grande humanité, voire d’une délicatesse touchante.

Cette attention à l’humain se révèle également dans la construction du roman, chaque chapitre étant consacré à un personnage lié de près ou de loin à l’affaire, en privilégiant les commerçants du quartier de Nihonbashi. Le lecteur suit Kaga dans ses déambulations, découvre avec lui les petites échoppes, fait connaissance avec les habitants de ce coin de Tokyo. Si le récit semble brouillon au départ et s’il faut s’accrocher pour intégrer tous les noms qui défilent, une géographie finit par se dessiner et les liens se tissent. Chaque chapitre se déploie comme une petite nouvelle – que les personnages réapparaissent ou non, chacun aura droit à la résolution de son mystère – pour s’assembler finalement en un roman cohérent et sensible.

Nadège

Actes Sud

La beauté des jours – Claudie Gallay – Babel

Jeanne mène une vie aux apparences modestes et conventionnelles : mariée, elle est mère de deux jeunes filles qui s’éloignent peu à peu du foyer. Ses journées s’écoulent paisiblement, entre son travail à la poste, ses séances de natation, ses soirées et ses fins de semaine avec son mari et ses filles ou dans sa famille de petits agriculteurs. Rien que de très « banal », rien que de très « normal » : Jeanne, c’est vous, c’est moi, c’est une Madame Tout Le Monde parmi d’autres, et on pourrait croire qu’il n’y a rien à écrire sur elle.

Rien n’est plus faux : cette femme à la sensibilité vive et fine nourrit une passion pour l’artiste-performeuse Marina Abramović, qui la fascine parce qu’elle embrasse tout ce qui la terrifie et qu’elle est animée d’une ardeur et d’une audace folles – toutes choses qui lui sont étrangères, à elle, Jeanne la douce, la calme, la discrète, la candide. « Ce que vous faites me console de moi », lui écrit-elle dans une lettre. Cette dilection ouvre en elle et dans son existence un espace inconnu, en friche, sauvage – à explorer.

Jeanne aime aussi la mer et les arbres, suivre des inconnus dans la rue pour les observer à la dérobée et « les retards. L’imprévisible qui surgit dans la vie. Pas dans la sienne. Dans la vie des autres » – mais cette fois, c’est dans la sienne qu’il surgit, en la personne de Martin, son premier amour, dont la réapparition inopinée colorera son existence de teintes nouvelles – pas forcément celles qu’on imagine d’abord.

La beauté des jours est un roman sur la non-banalité des existences « banales », qui montre comment une vie ordinaire peut être enluminée et nuancée, approfondie et épaissie, pour peu qu’on s’en donne la peine – ou plutôt la joie ! Les détails et les choses les plus simples, les plus humbles, y prennent sous le regard attentif de Jeanne et de l’auteure un relief et un éclat dont on pourrait les croire dépourvues – parce qu’on ne sait pas regarder … C’est un roman qui illustre les pouvoirs de l’art, sa nécessité même, si l’on aspire à une vie haute et dense, une vie qui ne soit pas bornée et plafonnée, rangée et étiquetée, étriquée et asséchée.

C’est aussi une histoire de transformation, d’éclosion et d’épanouissement : le travail et la personnalité de Marina Abramović fermentent en Jeanne, et décantent, tout comme ce que réveillent ses retrouvailles avec Martin. Peu à peu, elle fait peau et âme neuves, sans changer pour autant, en restant Jeanne, dans la beauté renouvelée des jours.

En un mot, c’est un roman lumineux, écrit dans une langue d’une grande sobriété, simple et claire, vive et juste, qui réjouit et vivifie.

Delphine

Actes Sud, Romans

Imaginer la pluie, Santiago pajares, Actes Sud

imaginer la pluie.jpg

Il s’appelle Ionah, « colombe ». De colombe, il n’en a jamais vu. De pluie, non plus. Sa mère, elle, a vu l’eau tomber du ciel. Avant. Avant que tout change. Avant que le monde ne soit détruit par les hommes, assoiffés d’envies toujours inassouvies.

La mère ne lui parle pas du passé. On ne regrette pas ce qu’on ne connaît pas, dit-elle. Leur monde, aujourd’hui, c’est le désert, leur appentis, un potager, un puits et un palmier.

Alors, elle lui apprend à se battre. Pour survivre dans le désert. Pour poursuivre son chemin, après. Après elle.

Il s’appelle Ionah. Il est seul. Au milieu du désert. Il imagine la pluie. Il imagine le monde, avant. Et il se bat. Mais peut-on passer sa vie à survivre ? Peut-on passer sa vie loin de toute autre vie ? Et s’il fallait un jour tracer son propre chemin vers l’humanité ? Imaginer. Rencontrer. Réinventer.

Santiago Pajares s’inspire du Petit Prince de Saint-Exupéry pour s’interroger sur notre société et les risques que nous prenons à désirer toujours plus en oubliant l’essentiel. Mais qu’est-ce que l’essentiel ? C’est toute la réflexion de ce très beau roman.

Actes Sud, Actualité et animations, Albin Michel, Gallimard, JC Lattès, Les Escales, Nadine Monfils, Pierre Guillaume De Roux, poche, Pocket, Policier - thriller, Romans, Stock, Viviane Hamy

Notre sélection de romans pour la fête des mères !

Nous avons fait une petite sélection de romans parus récemment et qui pourraient plaire à votre maman !

Il y en a pour tous les goûts !

Parmi ceux-ci, il y a ceux pour lesquels nous avons déjà fait un billet sur ce blog:

Pour les mamans qui aiment les romans d’amour et d’aventures !

bureau-jardins-étangs.jpg

Dont vous pouvez trouver le commentaire de Nadège ici

 

paramour.jpg

Un très beau roman d’une auteure que j’aime beaucoup ; je vous ai déjà présenté deux romans d’elle, dont Providence qui m’avait beaucoup émue. J’écrirai une petite note de lecture prochainement pour ce nouveau roman paru chez JCLattès en janvier.

 

Pour les mamans qui aiment les romans noirs !

calcaire.jpg

un roman noir dont nous vous conseillons la lecture ici. POUR RAPPEL, nous recevons l’auteure le mardi 30 mai à 19h30.

 

L’attente a été longue mais le voilà enfin, le nouveau roman de Fred Vargas !

fredvargas.jpg

 

Dans les nouveautés, nous avons encore ceci :

 

Pour les mamans qui aiment voyager 

hislop.gif

Magique : le nouveau roman de Victoria Hislop nous entraîne en Grèce sur les traces d’un amour perdu. Richement illustré, Cartes postales de Grèce fait chatoyer les couleurs de la Méditerranée. Dans sa boîte aux lettres, Ellie trouve, semaine après semaine, des cartes postales signées d’une simple initiale : A. Ces cartes ne lui sont pourtant pas destinées. Pourquoi lui parviennent-elles ? Qui est l’expéditeur ? Mystère. Portant l’éclat du ciel grec et l’eau cristalline de la mer, ces missives sortent la jeune femme de sa morosité quotidienne.
Un jour, elles cessent cependant d’arriver. Ellie se sent délaissée, privée de cette bouffée d’oxygène qui la faisait rêver et voyager. Elle prend alors une décision : découvrir ce pays par elle-même. Le matin de son départ, Ellie reçoit un carnet par la poste. L’odyssée d’un homme, le fameux A, y est racontée. Celui-ci observe avec tendresse et générosité les Grecs, leurs coutumes, et ce qui fait le sel de leur quotidien.
Derrière ses observations et ses savoureuses anecdotes se dessine le portrait d’un homme blessé. Pourrait-il encore croire en l’amour ?

 

Pour les mamans qui aiment l’humour déjanté et un peu noir !

icecream.jpg

Nadine Monfils est une artiste belge iconoclaste. Auteur de plus de 60 romans, elle a été l’une des premières femmes publiée à la « Série Noire ». Elle a aussi écrit et réalisé un long-métrage, Madame Edouard, avec un casting prestigieux. Elle a reçu de nombreux prix dont le prix Polar au salon Polar & Co de Cognac et le prix Saint-Maur en poche, de la Griffe Noire, pour l’ensemble de son oeuvre. Après Mémé Cornemuse, héroïne récurrente dont la première aventure a connu un immense succès en librairie, Nadine invente un nouveau personnage barré, promis à de nombreuses aventures, Elvis Cadillac.

 

Pour les mamans qui aiment les animaux !

jules2.jpg

Et si maman n’a pas encore lu le premier tome de Jules, il vient de passer en poche !

jules1.jpg

Jules, c’est un chien pas comme les autres puisqu’il est guide pour aveugle. Une belle histoire comme sait nous les conter Didier van Cauwelaert !

 

 Pour les mamans qui n’ont pas beaucoup de temps mais qui aiment lire un peu le soir

voici deux recueils de nouvelles :

mazetti.jpg

À  la question « Êtes-vous mariée? » l’auteure du «Mec de la tombe d’à côté» clame volontiers : « Je suis entre deux mariages… » Ces «Petites histoires» pleines de malice et de dérision vous le diront, on a toujours mille et une raisons de divorcer – ou de le regretter !

michellambert.jpg

Michel Lambert nous fait pénétrer à nouveau dans l’univers chancelant des couples ou des compagnons de route improbables, des secrets douloureux à retardement, des derniers pas que promènent, au fil d’un poignant chant du cygne, ceux qui ne pourront plus jamais se retrouver comme avant, dans l’illusion ou le fantasme, soudain surpris par l’éternel lendemain et sa lumière trop forte et trop blanche.

Un auteur que j’aime beaucoup et qui est déjà venu quelques fois à la librairie: c’est ici pour les détails.

 

 Pour les mamans qui préfèrent les poches.

Bussi.jpg

Pour les mamans qui aiment les suspenses.

Eté 1989. La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Sur cette route de corniche, au-dessus d’un ravin de vingt mètres, une voiture route trop vite et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère n’ont pas eu la même chance. Eté 2016. Clotilde revient pour la première fois sur les lieux du drame, accompagnée de son mari et de sa fille adolescente.
Elle veut profiter de ces vacances pour exorciser le passé. C’est au camping dans lequel elle a vécu son dernier été avec ses parents que l’attend une lettre… de sa mère. Vivante ?

 

bojangles.jpg

Devant leur petit garçon, ils dansent sur « Mr. Bojangles » de Nina Simone. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir et la fantaisie. Celle qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible. Elle les entraîne dans un tourbillon de poésie pour que la fête continue, coûte que coûte. L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

Pour les mamans qui aiment les histoires d’amour.

 

Actes Sud, Romans

Trente-six chandelles, Marie-Sabine Roger, Actes Sud, Babel.

amitié,mort,famille,humour

– (…) tu vois, je me dis que chaque fois qu’on sourit, c’est autant de gagné.

– Autant de gagné sur quoi?

-Je sais pas… Sur les jours où on ne sourit pas ?

 

Envie ou besoin de sourire, de vous laisser prendre par la main, de vous glisser dans un livre-cocon, une belle histoire aux personnages attachants ? Lisez Marie-Sabine Roger ! Par exemple, Trente-six chandelles, son dernier roman paru en poche aux éditions Actes Sud (collection Babel).

Trente-six chandelles, c’est l’âge de Mortimer, notre « héros » ; c’est aussi l’âge auquel meurent stupidement tous les hommes de la famille Decime (autrefois « Décimé », avant que les accents prémonitoires n’aient été effacés), le jour de leur anniversaire, à la 11ème heure. Mortimer est le dernier représentant de cette famille. C’est pourquoi le 15 février marquant l’avènement de ses 36 ans, ayant préalablement résilié le bail de son appartement, vendu sa voiture et vidé son frigo, il s’allonge sur son lit dans son costume de futur défunt, résigné à cet ultime rendez-vous. Évidemment, ce qui ne devait pas arriver arrive : 11h01, 15, 30… Mortimer est toujours vivant.

Pourquoi le destin ne s’est-il pas présenté ? Quelle est l’histoire de cette étrange famille ? Autour d’une bonne crêpe et d’un mauvais khawa,  entouré de ses amis Nassardine et Paquita, Mortimer remonte le fil des événements et s’interroge sur ce bonus de vie qui lui est octroyé.

Actes Sud

Coup de Coeur pour Calcaire, le nouveau roman de Caroline De Mulder, éd. Actes Sud

calcaire2.gif

Quel bonheur de retrouver la plume de Caroline De Mulder! Je l’avais découverte en 2010 en lisant Ego Tango (voir ici), livre pour lequel elle a reçu le Prix Rossel la veille du jour où je la recevais à la librairie. Ce fut un événement !

Son écriture et l’univers très particulier du tango m’avaient réellement surprise et beaucoup plu même si cela n’avait pas fait l’unanimité auprès des lecteurs. By by Elvis ne m’avait pas déplu mais sans doute le thème me parlait-il moins.

L’histoire de Calcaire se situe dans le Limbourg non loin de Maastricht. Lies, jeune femme un peu perdue, se prépare à sortir pour rejoindre son amoureux mais un compte à rebours est enclenché et elle l’ignore.

Le lendemain, Frank Doornen, l’amoureux, vient aux nouvelles et constate que la maison que Lies occupait s’est écroulée. Les ouvriers sur le chantier lui disent que personne n’habitait la maison et donc qu’il n’y aura pas d’enquête. Frank, aidé de Tchip un ferrailleur spécialisé en informatique, va chercher la vérité et rencontrer des personnages des plus étranges, entre le magnat  véreux de l’environnement, son épouse à demi folle et le fil embrigadé dans un cercle d’extrême droite, c’est toute une faune désespérée que nous donne à voir Caroline De Mulder.

Où a donc disparu Lies ? S’est-elle tout simplement enfuie ou s’est-elle perdue dans les galeries des mines de calcaire où bien des choses sont cachées ? Un roman noir époustouflant et haletant dont l’intrigue est tout aussi  travaillée que la langue utilisée pour nous plonger dans l’histoire. En effet, on retrouve l’écriture si particulière de cette auteure originaire de Gand mais professeur de lettres françaises. Une écriture un peu hachée, répétitive pour souligner l’ambiance noire du récit mais très agréable à lire car également poétique et  inventive. Et les phrases en néerlandais qui ponctuent le récit de Tchip intensifient le côté déconcertant du livre sans nous égarer pour autant.

Un nouveau coup de cœur pour moi !

 

 

Actes Sud, Actualité et animations, album de jeunesse, Canalzoom, Ecole des loisirs, Espace Nord, Kaléidoscope, Litttérature de jeunesse, Luce Wilquin, Onlit éditions

Emission du 08 février sur Canalzoom et Canal C

Un nouvel enregistrement pour Canal et Compagnie.

 

Demain soir, après le journal de Canal C et Canal Zoom, je participe à l’émission Canal et Compagnie en compagnie d’Eva Kavian, je vous présenterai les livres suivants :

 

  •  « Le gardien des choses perdues« , de Ruth Hogan publié chez Actes Sud en 2017

                                     

 

  • « Le hasard a un goût de cake au chocolat« , de Valérie Cohen, née en 1968 à Bruxelles, publié chez Luce Wilquin. L’auteure sera à la librairie le 23 février.

                                      https://i0.wp.com/www.wilquin.com/wp-content/uploads/2017/01/528blog.jpg

 

  • « Nuage et eau« , de Daniel Charneux, réédité chez Espace Nord en 2017. Je complète ma présentation en vous indiquant que chaque livre des éditions Espace Nord est accompagné d’une présentation de l’oeuvre et de l’auteur.

                                   Nuage et Eau | Espace Nord

 

  • « L’homme que les chiens aimaient« , d’Eva Kavian, pulié chez Onlit éditions en 2017. Dialogue avec Corine Buron et Eva kavian.

                                  Résultat de recherche d'images pour "l'homme que les cheins aimaient"

 

  • Un roman pour les ados, à partir de 12 ans : « La plus grande peur de ma vie« , de Eric Pessan, publié à l’Ecole des loisirs.

                                  

 

  • Un album dès 4 ans, « Bienvenus » de Barroux, publié hez Kaléidoscope en 2017.

                                   Barroux - Bienvenus.

 

 

Actes Sud, Actualité et animations, album de jeunesse, Bande dessinée, Canalzoom, Gaia, Prix Rossel, Romans, Weyrich

Emission du 15 décembre sur Canalzoom et Canal C

canal15_12_16.png

 

Hier soir, nouvel enregistrement pour Canal et Compagnie.

J’y ai présenté les livres suivants :

Un roman de science fiction pour les ados à partir de 14-15 ans.

 

illuminae.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La BD Lila, pommes, poires, abricots publiée chez Delcourt dont j’ai déjà parlé précédemment.

Un bel album pour les enfants à partir de 8 ans intitulé : Les mondes invisibles des animaux microscopiques chez Actes Sud Junior

animo.jpg

animo2.jpg

 

 

Le roman « Danse de la vie brève » , de Hubert Antoine, auteur Namurois né en 1971, publié chez Verticale et prix Rossel 2016

antoine.jpg

breve.png

L’essai « Les vertus de l’échec » de Charles Pépin publié chez Allary.

ecchec.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux livres de chez Weyrich,

ardenne3.jpg

jardin1.jpg

Et enfin un livre édité chez Gaïa, L’homme et le Bois – Frendre, stocker et sécher le bois – Les secrets de la méthode scandinave.

bois.jpg

Quoi de plus naturel pour librairie située près d’une école d’horticulture qui apprend l’élagage?

Il y a même un concours pour ceux que ça intéresse…

visuel_concours_selfy2-2.jpg